Modele de morale

Que l`une des théories scientifiques actuellement acceptées pourrait, en principe, être erronée ou incomplète est prise pour acquise par le monde scientifique. Insister, par exemple, que la théorie de l`évolution est «juste une théorie» est seulement d`énoncer ce que chaque scientifique sait et accepte. Bien sûr, c`est une théorie. Quoi d`autre? Mais c`est une théorie extrêmement bien-testée et il est logique de l`utiliser à moins que et jusqu`à ce que nous ayons quelque chose de manifestement supérieur. Une société qui rejette la théorie de la sélection naturelle, les lois de Newton, ou le modèle standard de la physique élémentaire des particules parce qu`ils ne prétendent pas être des vérités absolues, se tire dans le pied. Bien que certains attribuent des principes moraux à la révélation divine, ce n`est qu`une explication et c`est invérifiable. Nous pouvons plutôt les considérer comme ayant été découverts de la même manière que nous découvrons tout le reste, par une observation et une vérification soigneuses. Ayant démontré leur valeur dans la réduction de la souffrance et/ou dans le maintien de la stabilité sociale, ils ont ensuite été élevés à un statut spécial, pas à la différence du processus qui se traduit par la formulation et la promulgation de modèles scientifiques réussis, des théories, des règles et Lois. Comme les modèles de nature, les modèles politiques, sociaux et moraux proviennent de l`expérience humaine, et, comme l`expérience s`accumule, ils évoluent. Typiquement, les modèles que nous avons hérités du passé ont été formulés au cours des siècles, voire des millénaires. L`une des raisons pour lesquelles les modèles religieux sont généralement à la traîne du consensus social émergent est que les mœurs épousées par la religion se sont généralement avérées utiles sur de longues périodes de temps et sont devenues profondément enracinée.

Par conséquent, la première impulsion est conservatrice, et prend souvent la forme de la honte ou de contraindre les non-conformistes dans le toeing la ligne. Pendant une grande partie du XXe siècle, les théories du comportement addictif et de la motivation ont été polarisées entre deux modèles. Le premier modèle considérait la dépendance comme un échec moral pour lequel les toxicomanes sont à juste titre tenus responsables et jugés en conséquence. Le deuxième modèle, en revanche, considérait la dépendance comme une maladie cérébrale spécifique causée par des adaptations neurobiologiques survenant en réponse à la consommation chronique de drogues ou d`alcool, et sur lesquels les toxicomanes n`ont pas le choix ou le contrôle. Alors que notre capacité à observer les phénomènes neurobiologiques s`améliorait, le deuxième modèle devint l`orthodoxie scientifique, dominant de plus en plus la recherche sur la toxicomanie et informant la compréhension publique de la toxicomanie. Les Articles de ce sujet de recherche visent à aller au-delà de la polarisation entre les modèles moraux et pathodépendants concurrents de la toxicomanie. D`un point de vue de modélisation, il est plausible que tous les dix commandements ont été assemblés à partir de la sagesse combinée des gens qui, en s`inspirant de l`histoire orale et écrite des générations passées et actuelles, et en gardant un témoignage intime de leur propre psychologique et émotionnel dynamique, a réalisé que certains comportements individuels sont contraires à la stabilité personnelle et sapaient la solidarité de groupe, rendant ainsi la communauté vulnérable à l`exploitation et à la domination par des groupes plus cohésifs.

No one commented yet. Be the first.

© 2019 SecretSA